Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 décembre 2010 6 18 /12 /décembre /2010 13:07

tombeaux-de-Petra.jpgPétra est une ville du Sud de la Jordanie, classée comme une des 7 nouvelles merveilles du monde et au patrimoine mondial de l'Unesco.

 

Bien qu'on y trouve des traces de vie remontant à plus de 8000 ans avant notre ère, la ville n'a été peuplée de manière permanent qu'à partir du VIIe siècle avant JC. 

D'abord développée par les Nabatéens, qui laisseront creusés dans la roche les fabuleux tombeaux qui ont rendu Pétra célèbre, elle fut ensuite peuplée par les Romains, qui y laissèrent plusieurs temples et un centre ville à la romaine, puis par les Byzantins, qui y laissèrent quelques églises. Les Croisés y laisseront bien un ou deux forts, mais qui ne furent jamais au centre des enjeux stratégiques.

 

Après les croisades, la ville tombe peu à peu dans l'oubli.

Petra-Indiana-Jones.jpg

 

C'est alors que les bédouins décident que cet oubli leur va bien, puisqu'il peuvent se balader tranquillement dans la ville, qu'ils considèrent comme sacrée, et surtout que personne ne vient les embêter.

C'était sans compter sur le jeune Johann Ludwig Burckhardy (à vos souhaits), que nous appellerons Jean-Louis pour simplifier. 

 

Jean-Louis est un explorateur Suisse, né en 1784. Très tôt passionné par l'Orient, il va en Angleterre pour trouver des financements, qui lui sont accordés à l'Université de Cambridge. A l'époque, l'Angleterre est très intéressée par ce genre de profils.

Jean-Louis arrive en Syrie où il étudie l'Arabe, le Coran et se convertit à l'Islam. Après deux ans, il change son nom en Ibrahim Ibn Abdullah (ce qui ne ressemble pas beaucoup à Jean-Louis, mais a quand même l'avantage de faire un brin plus local). Il se fait rapidement appeler Sheikh Ibrahim (le sage Ibrahim), tant sa connaissance du Coran est grande et appréciée, même des Imams.

 

Ayant entendu parler dans des textes romains de la cité de Pétra, il décide de la retrouver. Pour cela, il va vivre avec les bédouins pour apprendre leurs coutumes et leurs dialectes. Se faisant passer pour un sage bédouin venu un-touriste-a-Petra.jpgd'Arabie Saoudite, il convainc les bédouins locaux de l'emmener à Pétra. Là, il découvre la merveilleuse cité perdue.

 

Presque 200 ans après, la ville a un brin perdu de son calme. Mais l'immensité du site fait qu'on peut rapidement s'y retrouver seul et un peu plus tranquille, à condition de monter un peu et d'aller se perdre dans les dédales de fissures et de petits chemins.

Le site a été rendu célèbre par Indiana Jones (la dernière croisade), où il a été tourné. 

Repost 0
14 décembre 2010 2 14 /12 /décembre /2010 21:16

Une petite route qui serpente à travers les montagnes. Une petite route qui descend. Qui descend et descend encore. Qui descend jusqu'au point le plus bas du monde, à 422 mètres en dessous du niveau de la mer.

On est tellement bas que la concentration en oxygène y est la plus élevée au monde, et que le risque de coups de soleil y est très faible. 

mer-mort.jpg
Au cours de la descente, on découvre cette mer... Enfin, une mer ; un grand lac tout au plus. Coincée entre la Jordanie et la "Palestine occupée" (il y a des pays où il ne fait pas bon l'appeler Israël), ce petit bras d'eau mesure 10 kilomètres de large sur environ 40 kilomètres de long. 

Et la mer morte est bien morte, et même morte à tous points de vue.

 

Morte d'abord, parce que la densité en sel y est telle qu'aucun organisme ne peut survivre dans ses eaux. Alors que l'eau de la mer est salée à environ 3%, celle de la mer morte a une salinité de près de 30%, proche de la saturation. Du coup, la masse volumique de l'eau est bien plus élevée que d'habitude, et le corps humain y flotte parfaitement (grâce au principe de ce bon vieil Archimède, à qui je vous conseille d'aller poser des questions si vous vous interrogez sur ce phénomène). 

On peut en effet tenir debout dans l'eau et en sortir le torse et les épaules, ou lire un journal sans problème ; aucun effort à faire pour garder la tête hors de l'eau. Et heureusement, parce qu'à une telle salinité, ça pourrait être dommageable pour les yeux et les muqueuses du nez et des oreilles. On se rend vite compte que le sel attaque la peau. La sensation est vraiment impressionnante.


lecture-en-mer.jpgMorte aussi parce que le fleuve qui l'alimente, le Jourdain, est surexploité. Il ne déverse aujourd'hui que 10% de son débit initial dans la mer morte, qui à cause d'une évaporation forte, diminue de jour en jour. Son niveau baisse environ d'un mètre par an ! 

Il existe un projet pour tenter de la sauver. Il s'agirait de creuser un canal entre la mer rouge et la mer morte, ce qui pourrait enfin faire remonter son niveau. L'eau de ce canal et sa forte différence de niveau permettrait également de produire de l'électricité hydraulique, donc peu polluante, à grande échelle. Mais pour l'instant, les relations franchement chaleureuses entre Israël et la Jordanie ont tendance à enflammer un peu le projet.

 

Morte enfin, parce que de part et d'autres se situent des pays qui ne s'apprécient pas franchement, des territoires palestiniens (la Cisjordanie) en attente d'un statut, et des armées qui grapillent chaque parcelle de terre disponible au fur et à mesure que la mer se retire, tout en se rejetant l'un l'autre la responsabilité de sa disparition annoncée. 

Une ambiance joyeuse, donc, qui n'empêche cependant pas les touristes d'expérimenter une flottaison parfaite, mais en voie de disparition. 

Repost 0
9 décembre 2010 4 09 /12 /décembre /2010 08:16

envie

 

Alors que la neige envahit les ruelles de France, il faut bien reconnaître que les flocons se font assez rares par ici. Plutôt qu'on long article, cette petite photo résume assez bien le week-end dernier.

 

Pour la fête nationale des Emirats, nous sommes allés en Oman. Au programme, camping sur la plage, exploration de wadis dans des paysages enchanteurs, baignade... Le tout avec une température idéale, du beau temps, des grillades... La vie rêvée, en quelque sorte.

wadi-shab.jpg

Repost 0
Published by Florent - dans Ma ptite vie
commenter cet article
5 décembre 2010 7 05 /12 /décembre /2010 18:29

Dernière étape de notre voyage syrien avant la Jordanie ; Palmyre. Depuis la nuit des temps, Palmyre (qui tire son nom du mot "palmier", en arabe "Tadmour", qui veut dire "dattes") est une oasis.

 

palmyre.jpgAu milieu du désert Syrien, une nappe phréatique peu profonde permet aux hommes de faire pousser quelques cultures et d'abreuver les chameaux. Coup de chance, elle est aussi située près d'une trouée dans une chaîne de petites montagnes, qui en fait un passage stratégique entre le très développé Irak et la côte méditerranéenne.

 

La ville se développe rapidement en taxant les routes caravanières très fréquentées de l'encens et de la soie (ce qui ressent, ça va de soi !).

 

Lors des conquêtes grecques et romaines, la ville est incorporée à l'Empire, et les Romains en font même la capitale d'une leurs provinces. 
Jusqu'à ce qu'arrive Zénobie...

 

Nous sommes au IIIe siècle, et les Romains ont quelques difficultés à défendre leur province Syrienne contre les Parthes. C'est alors qu'intervient Zénobie, qui, a défaut d'avoir reçu un prénom sympa, a reçu de la nature un cerveau ingénieux, ainsi que de beaux cheveux (Zénobie veut dire "beaux cheveux").

Elle profite de la faible visibilité de l'empire romain pour proclamer son fils Vaballath (ils devaient avoir un problème avec les prénoms, dans la famille) nouvel empereur de Rome.

 

frise-palmyre.jpgLes habitants de la région se sont bien interrogés un peu ; comment ça se fait que ce soit ce grand nigaud de Vaballath, qui a grandi ici, qui devienne empereur de Rome, qui n'est pas la porte à côté. Mais Zénobie avait une armée suffisamment puissante pour convaincre même les plus réticents que son fils était bien le nouvel empereur, et la population ne tarda pas à se rallier à Zénobie et à son fils.

Zénobie en profite même pour aller réclamer, au nom de Rome, les provinces voisines. Celles-ci sont moins facilement convaincues, et il faut quelques batailles. Zénobie conquiert l'Egypte et la Turquie, à l'exception de la Bythinie (ou ont été inventés les maillots de bain 2 pièces).

 

Mais toute cette histoire a fini par se savoir (les télégrammes de Zénobie ont été révélés sur Wikileaks, que l'empereur Aurélien lisait régulièrement), et Aurélien a décidé de mettre un terme à tout ça. Venu de Rome à la tête de ses armées, il ne fit qu'une bouchée de Zénobie. Vallabath, jeune et peu charismatique (certains historiens auraient même dit qu'il avait tout le charisme d'une huître), s'évanouit dans la nature et ne fait plus jamais parler de lui.

Zénobie est ramenée à Rome et mourra dans des circonstances obscures.


Pour éviter que cette histoire recommence, Rome décide d'étouffer Palmyre sous les taxes, et la ville tombe peu à peu en ruines. Abandonnée, c'est grâce à cela qu'elle est aujourd'hui en relativement bon état ; personne n'a reconstruit par dessus l'existant. Aujourd'hui c'est un immense champ de ruines magnifiques que l'on s'escrime à déterrer peu à peu. vue aerienne palmyre


Repost 0
2 décembre 2010 4 02 /12 /décembre /2010 08:30

banana towerAujourd'hui 2 décembre, c'est la fête nationale des Emirats arabes unis, en mémoire de la création du pays.

C'est l'occasion d'afficher des drapeaux émiratis partout, et de faire des grandes célébrations dans tout le pays.


C'est un jour férié (ce qui me donne l'occasion de passer un petit week-end de trois jours dans les wadis et sur les plages omanaises), et une grande fête pour le pays.

 

Cette année, le nombre 39 est affiché partout dans Abu Dhabi et Dubaï, l'occasion de rappeler qu'il y a 40 le pays n'existait pas, était un protectorat britannique, et qu'à part du sable, des palmiers (et encore, pas beaucoup) et des chameaux, il n'y avait pas grand chose...

Construire un pays aussi développé que ça en 39 ans, chapeau !

Repost 0
Published by Florent - dans Culture du pays
commenter cet article
29 novembre 2010 1 29 /11 /novembre /2010 09:50

Le Krak des chevaliers est un château fort situé au Nord de Damas. Le mot Krak vient du mot syriaque karak, qui veut dire forteresse. Les croisés ont du trouver que ça faisait intimidant, et ont donc décidé de garder le nom.

 

Krak_des_Chevaliers.jpgMais revenons au début de l'histoire. Nous sommes en 1099 et les Européens partent en croisade pour la première fois pour aller bouter les Arabes hors de chez eux et s'installer à Jérusalem. Bien que la première croisade ne fut pas toujours une partie de rigolade, les musulmans ne devaient pas s'attendre à ça, et les victoire se sont enchaînées assez facilement pour les chrétiens. 

Arrivés en Syrie, c'est Raymond de Saint Gilles, qui a découvert un petit fort sur une colline assez stratégique du côté de Homs. La forteresse, qui ne s'appelle pas encore Krak des chevaliers, est occupée par des Kurdes, et Raymond les massacra sans même prendre la peine de savoir où se situait le Kurdistan.

Une fois ce petit massacre accompli, il part le coeur léger et l'esprit guilleret sans même laisser une garnison dans cette place forte, pourtant stratégique. Son objectif, c'est Jérusalem. 

 

Jérusalem prise, il revient dans le but de sécuriser la zone, et trouve la petite forteresse des kurdes occupée par des arabes peu enclins à lui ouvrir les portes. Qu'à cela ne tienne, se dit-il, on va les massacrer une seconde fois. Mais les arabes sont sûrement plus doués en défense que les Kurdes (c'est d'ailleurs surement aussi pour ça que le Kurdistan n'a jamais brillé par ses conquêtes militaires) ; Raymond de Saint Gilles repart Gros-Jean comme devant, sans avoir réussi à reprendre la forteresse, et il jura, mais un peu tard, qu'on ne l'y prendrait plus.

 

kraak.jpgIl a fallu attendre 8 ans pour que Tancrède de Hauteville (le prénom Tancrède, bien que charmant, a peu été utilisé depuis) reprenne la forteresse. Il la confie alors à l'ordre des chevaliers hospitaliers, qui fortifie le château et lui donnent son nom de Krak des chevaliers.

Les musulmans essaieront ensuite de le reprendre sans y arriver pendant plus de 161 ans. Car les chevaliers qui l'occupent ne sont pas très hospitaliers avec les musulmans ; une garnison de plus de 2000 hommes y vit en permanence, et la forteresse s'épaissit. Elle compte deux enceintes complètement indépendantes, couvre 2,5 hectares, et abrite en temps de paix assez de vivre pour tenir un siège de 5 ans.

Même Saladin (dont on a parlé dans l'article précédent), qui a repris Jérusalem des mains des croisés, ne réussit pas à s'emparer de l'imprenable krak.

 

Le château est surnommé "la défense de la chrétienté d'Orient", et barre le passage de la trouée d'Homs, passage quasi inévitable entre la côte et l'intérieur des terres. Il fait partie d'une impressionnante ligne de forteresse qui s'étende de la Turquie actuelle jusqu'au sud de la Jordanie. 

 

krak.jpgEn 1271 cependant, le sultan mamelouk Baybars (surnommé aussi le roi des éléphants, allez savoir pourquoi...) assiège le château. Après un très long siège et des attaques incessantes, cric crac ! le Krak craque, et que le grand crique me croque, le sultan croque le Krak. Les chevaliers de l'hospitaliers capitulent, ayant vu leur nombre passer de 2000 à 300. Ils négocient une sortir honorable et demande à ce qu'on leur laisse la vie sauve et qu'on les raccompagne jusqu'à Antioche en échange des clés du Krak.


Après cela, le château fut de moins en moins utilisé, parce qu'il faut bien reconnaître que sans croisades pour se divertir, ce n'est pas pratique d'aller habiter au sommet d'une colline dans une grosse forteresse. Il y fait froid l'hiver, et la première supérette est dans la vallée, qui est quand même à une bonne heure de marche, donc ce n'est pas pratique pour remonter les courses.


Du coup, le Krak est encore bien conservé. Lawrence d'Arabie (dont on parlera plus tard) a même dit que c'était le plus beau château du monde lorsqu'il le vit au début du siècle dernier. Les messieurs de l'Unesco ont du se dire la même chose puisqu'ils l'ont inscrit au patrimoine mondial de l'humanité. Et Flawrence d'Arabie (mon surnom depuis que je suis dans la péninsule) a également déclaré la même chose, avant de se raviser et d'ajouter "mais ça ne vaut pas Versailles" (puisqu'en tant que bon chauvin, on ne manquera pas de comparer tout ce qu'on visite à quelque chose de Français, donc forcément plus joli !).


Et promis, le prochain article, j'essaye de le faire moins long !

Repost 0
25 novembre 2010 4 25 /11 /novembre /2010 12:50

Notre voyage a commencé par la Syrie et Dimasqh (Damas), sa capitale.  souk.jpg

 

La ville existe depuis des temps immémoriaux, et a longtemps rayonné sur le Proche-Orient. Elle est mentionnée à de nombreuses reprises dans la Bible, et a acquis une grande importance religieuse au cours du temps. C'est également à Damas que Saint Paul est allé faire des petites emplettes avant de partir en voyage (les boutiques de Damas ayant abrité les premiers magasins Décathlon, où Saint-Paul achetait ses sandales de randonnée).

Aujourd'hui, la ville est un joyeux bazar, dont le centre historique est assez bien conservé et garde encore un côté traditionnel et pittoresque. 

 

Au coeur de la vieille ville, entre les souks et au milieu du dédale de petites rues se trouve la grande mosquée des Omeyyades, qui a été classé dans la catégorie "pas la moitié d'une mosquée" par l'Unesco (soit un cran en dessous du patrimoine mondial), et qui vaut quand même franchement le détour. 

 

mosquee.jpgD'abord un temple dédié à Jupiter, puis remplacé par une basilique chrétienne dédié à Saint-Jean le Baptiste, le bâtiment est devenu une mosquée sous l'impulsion de Al-Walid Ier (le bien connu) au début du VIIIe siècle. Il a décidé de "construire un édifice qui dépasse en beauté tout ce qui a été fait jusque là et tout ce qui sera fait par la suite", objectif un brin ambitieux, mais qui a quand même donné lieu à une jolie bâtisse (les murs ornés de mosaïques dorées sont particulièrement magnifiques).

De fait, il s'agissait à l'époque de la toute première grande mosquée.


La mosquée est également un lieu de pèlerinage pour plusieurs religions.

On raconte que l'imam Hussein (un des petit-fils du prophète Mahomet) a été emprisonné là après avoir perdu la bataille de Kerbala, et que sa tête une fois séparée de ses épaules a été conservée dans une petite boîte en argent, toujours conservée dans la mosquée (la boîte, pas la tête). La mosquée des Omeyyades est donc un lieu de pèlerinage très importants pour les Shiites, pour qui Hussein est une personnalité importante.

 

mosquee-des-omeyyades.jpgCôté têtes coupées (ça doit être une tradition), on a aussi dans cette mosquée la tête de Saint-Jean le Baptiste, que les musulmans appellent Yahya (pourquoi pas, après tout) et considèrent également comme un prophète de l'islam.

Lors de la construction de la mosquée, on a du exhumer la tête de Jean le Baptiste pour la mettre dans un nouveau coffret. On raconte alors que de grands miracles se sont accomplis à la vue de sa tête ; les aveugles (qui ne pouvaient pas voir la tête) ont retrouvé la vue (sauf ceux qui regardaient dans la mauvaise direction, dommage pour eux), les malades ont été guéris, le soleil est devenu noir pendant quelques instants, et les comptes de la sécu sont repassés dans le vert (c'est dire le pouvoir de la tête). A noter que deux ou trois autres églises revendiquent aussi la tête de Saint-Jean le Baptiste, ce qui pose quelques problèmes historiques, mais on n'est pas à ça près.


Enfin, un des trois minarets de la mosquée des Omeyyades s'appelle le "minaret de Jésus" (qui est aussi un des prophètes de l'islam), car c'est là que devrait apparaître Jésus le jour de la fin du monde, selon les croyances locales. Sont d'ailleurs présents en permanence dans le minaret une tasse de thé et des gâteaux apéro, pour l'aider dans son boulot le jour de la fin du monde (qui ne saurait tarder, selon les prévisions les plus optimistes).

 

Le prochain article vous emmènera au Krak des Chevaliers, impressionnante forteresse croisée, où vous ferez la connaissance de Raymond de Saint-Gilles, qui malgré certaines aptitudes à tenir une épée correctement, n'était pas un grand intellectuel (que de belles histoires en perspective...)

Repost 0
21 novembre 2010 7 21 /11 /novembre /2010 14:32

carte Syrie JordanieJe suis enfin rentré de vacances, et je vais pouvoir vous raconter toutes les jolies choses que j'ai vues dans ces deux pays fabuleux que sont la Syrie et la Jordanie.

 

Je vous ai détaillé les points principaux de ce petit voyage sur la carte à droite.


A : Damas, capitale de la Syrie et ville commerciale pluri-millénaire

B : le Krak des chevaliers, forteresse imprenable des croisés

C : Palmyre, cité greco-romaine, et capitale de la reine Zénobie (je ne doute pas que ce nom évoquera chez vous des souvenirs émus)

D : Amman, capitale de la Jordanie

E : la mer Morte, point le plus bas du Globe, à la frontière avec la Cisjordanie

F : Pétra, une des 7 nouvelles merveilles du monde, où a été tourné Indiana Jones

G : le Wadi Rum, terre de Lawrence d'Arabie.

 

Bien sûr, je ferai des articles plus détaillés avec quelques jolies photos.

 

De manière générale, la Syrie et la Jordanie sont des pays plein d'histoire, où les gens sont extraordinairement accueillants, dans une région déchirée par des tensions politiques très vives (les Syriens et les Jordaniens ne s'aiment d'ailleurs pas particulièrement).

Malheureusement, quelques jours sont largement insuffisants pour pouvoir explorer ces deux pays, mais ça donne un bel aperçu pour y revenir un jour, inch'allah.

 

Repost 0
Published by Florent - dans Géographie
commenter cet article
17 novembre 2010 3 17 /11 /novembre /2010 21:19

L'Eïd el Adha, aussi appelée Eïd el Kebir (ça signifie la grande fête) est une des fêtes les plus importantes pour les musulmans. Ils commémorent tous les ans le sacrifice qu'Ibrahim (Abraham dans les religions juives et chrétiennes) était prêt à faire à Dieu.
En effet, Ibrahim allait sacrifier son fils Ismaël (dans les religions juives et chrétiennes, c'est Isaac, son second fils, qui doit être sacrifié, Ismaël étant issu d'un adultère) parce que Dieu le lui avait demandé. Au dernier moment, Dieu remplaça Ismaël par un mouton.


C'est pour ça qu'aujourd'hui les musulmans du monde entier sacrifient un mouton pour l'Eïd el Adha. C'est une fête très familiale, un peu comme notre manière de fêter Noël, avec un mouton à la place de la dinde.


Puisque c'est une fête importante et qu'on est dans un pays musulman, l'état accorde gracieusement des jours fériés pour laisser le temps à tout le monde de faire la fête. Cette année, l'Aïd tombe bien, puisqu'il me permettait d'avoir 4 jours fériés ; du lundi au jeudi. En prenant le dimanche de congé (puisque la semaine va du dimanche au jeudi), ça me fait une petite semaine de vacances, que je mets à profit pour aller visiter la Jordanie et un petit bout de la Syrie. 

Je suis donc parti vendredi dernier, et je reviens samedi inch'allah, avec plein de photos et de nouvelles histoires à vous raconter (j'en ai encore beaucoup sur les Emirats, mais il me reste encore 9 mois pour toutes vous les raconter).

Repost 0
14 novembre 2010 7 14 /11 /novembre /2010 08:36

Ce week-end se déroule un des évènements majeurs d'Abu Dhabi : le dernier grand-prix de formule 1 de la saison. 


formule-1.jpgDepuis environ 3 mois, tous les esprits sont tournés vers ce grand prix (ils nous en font tout un tintouin de publicités sur tous les supports possibles et imaginables). Abu Dhabi a obtenu l'organisation d'un grand prix de formule 1 l'année dernière seulement ; cette année sera donc la deuxième édition. 

 

Ils ont construit le circuit sur une île à quelques kilomètres du centre ville,; Yas Island.

Le chantier a été colossal. Il a abouti à un circuit de formule 1 et tout ce qui va avec (hôtels, restaurants, gradins, ponts, autoroutes...), et a nécessité jusqu'à 45 000 ouvriers simultanément.

 

Pour Abu Dhabi, c'est une occasion unique d'avoir des caméras du monde entier braquées sur le pays, et que l'on parle des Emirats arabes unis sans que ce soit pour parler de Dubaï. Ce sera aussi l'occasion pour vous de voir quelques images d'Abu Dhabi si vous allumez la télé.

 

Sur la scène internationale, Abu Dhabi nourrit de grandes ambitions. Ils veulent être la capitale culturelle du Moyen-Orient en 2030, et définitivement éclipser Dubaï. Pour cela, tous les moyens sont bons ; ils invitent des chanteurs, des stars de cinéma et d'autres célébrités pour que le monde parle un peu plus d'Abu Dhabi.

A titre d'exemple, David Guetta et Guns and Roses passent à Abu Dhabi en décembre, Gérard Depardieu et Tom Cruise sont passés récemment (bien que ce soit Dubaï qui ait été retenu pour tourner le nouveau volet de Mission Impossible).

 

Pour en revenir à la Formule 1, les Emiratis étant fous de sports mécaniques, c'est véritablement un évènement majeur de l'année. Du coup, on ne compte plus les "Formula One Fan Zones", les formules 1 exposées au public, les clips publicitaires, et les évènements autour de la course (concerts, cinémas de plein air, expos, trucs à touristes comme sur la photo...).

Le grand prix se déroule aujourd'hui, et est le seul grand-prix à commencer de jour pour finir de nuit. 

 

En plus, cette année, le suspense demeure entier, car le titre se jouera à Abu Dhabi. Et je ne serai même pas là pour le voir, puisque je profite des fêtes pour prendre quelques vacances, que je vous raconterai dans les prochains articles inch'allah.

Repost 0
Published by Florent - dans Culture du pays
commenter cet article

Présentation

  • : Florent aux Emirats
  • Florent aux Emirats
  • : Raconte le voyage de Florent à Abu Dhabi, capitale des Emirats arabes unis (vu le titre, on s'en serait pas douté ...)
  • Contact

Profil

  • Florent
  • En voyage à Abu Dhabi ...
  • En voyage à Abu Dhabi ...

Guide de voyage

Le contenu à jour du blog a migré sur Florent autour du monde, disponible sur : http://florentvoyage.blogspot.fr/   

 Pour plus d'infos sur les Emirats, Abu Dhabi et Dubai, et pour bien préparer son voyage dans ce pays fabuleux, consultez notre guide de voyage en ligne pour les Emirats arabes unis :

Tout sur les Emirats arabes unis

And it also exists in English: a travel guide for Abu Dhabi, Dubai and the UAE :

Exploring the United Arab Emirates

Recherche

L'heure d'Abu Dhabi

Notre partenaire